La Vanille Bourbon

 

La vanille est une orchidée appelée Tlilxochitl (tlili:noir, xochitl:gousse) par les Aztèques.
C’est vers le début 1500 qu’elle fut découverte par les espagnols (Herman Cortes).
Ils lui attribuèrent le nom de Vaynilla (petite gousse) puis en 1703, le père Plumier lui donna le nom de Vanilla.
Elle fut introduite en Europe mais aucune de ces orchidées ne donnèrent de gousses car il manquait un élément essentiel à sa fécondation : une abeille endémique du Mexique appelé la Melipone.
Cette abeille était capable de se faufiler dans la corolle de l’orchidée afin de déposer du pollen sur le pistil. Pendant quatre siècles des savants du monde entier tentèrent sans succès la fécondation et se sont heurté à cette énigme.
La vanille fut importé à la Réunion (île bourbon) dans le début 1800 par le commandant Pierre-Henri Philiber (le 26 juin 1819) et par à l'ordonnateur Marchant, à la demande de David de Floris . Il ramena du muséum de Paris la "Vanilla planifolia" (petite vanille). Ce sera cette espèce qui réussira le mieux sur la réunion. Les deux autres espèces importées sont la vanille pompona et la tahitensis.
C’est en 1841 qu’un jeune esclave dénommé Edmond Albius découvrit la fécondation artificielle de la vanille.
Quand à l’explication de la découverte, certains disent que c’est parcqu’il avait été puni par son maître qu’il se vengea sur les orchidées, ce qui déclencha la fécondation; d’autres disent que c’était un passionné des plantes et qui'il travaillait comme jardinier dans une plantation où il aurait appris de son maître la fécondation artificielle des citrouilles(Joffiat). Il eut l'idée de féconder la vanille en mettant en rapport les organes mâle et femelle.
Pour ma part, j'obterais pour la seconde version.
Malgré sa découverte, il n’eut pas droit à un traitement de faveur ainsi à l’abolition de l’esclavage, le 20 décembre 1848 à la Réunion, il fut lâché comme les autres esclaves sans aucun encadrement ni métier. Il périt dans la misère en 1880 alors que île bourbon s’enrichissait grâce à la vanille.
La fécondation ne suffisait pas pour avoir une bonne vanille, il fallait perfectionner la technique pour avoir une très bonne qualité.
C’est Ernest Loupy qui découvrit le procédé de l’ébouillantage et qui l’appliqua , ce qui améliora les rendements et la qualité.
Une fois en retraite, David de Floris, le même qui ramena la vanille sur île, perfectionna le procédé de Loupy et rédigea d’ailleurs un des premiers manuel sur la préparation de la vanille.
Le domaine familial De Floris (la maison de la vanille à Saint-André) est encore en activité et sa production fait partie des meilleures. Vous pouvez d’ailleurs visiter le domaine et connaître tous les procédés de la fabrication grâce à des guides hors-pair.

La vanille fait partie du patrimoine de la réunion, c’est pour cela qu’elle figure sur les armes de l'île qui furent dessinées par le gouverneur Merwart en 1925. Il reprenait la devise de la compagnie des Indes orientales: « florebo quocunque feras » (je fleurirai partout où je serai planté).
Ce qui fut plus valable pour la vanille que pour le drapeau français.




Affinage de la Vanille